Focus performance

Risk Manager : une profession de plus en plus reconnue

L’AMRAE, association de référence des Risk Managers en France, a publié en 2017 la 5ième édition du « Baromètre AMRAE 2017 du Risk Manager » (en partenariat avec PwC).  Nous y retrouvons une tendance qui se confirme d’année en année dans le domaine du Risk Management :
le développement d’une
approche globale, intégrant de plus en plus les volets « stratégie » et « conformité ».

Quelles évolutions dans les missions du Risk Manager ?

 

Le premier élément marquant réside dans la fonction même des Risk Managers. Il y a encore 15 ans, ceux-ci avaient un profil très typé « assurance », et se concentraient essentiellement sur la gestion de risques assurables, afin de minimiser les primes d’assurance. Ils sont désormais 40% à traiter des risques dans leur globalité (démarche ERM) contre 24% des risques dédiés à l’assurance.

Cette révolution, initiée par la législation (Solvency 2 ou LSF par exemple) et transposée dans les bonnes pratiques de gouvernance, répond également aux besoins des Dirigeants. Elle confirme que la gestion de risques, lorsque considérée dans son ensemble, devient un outil de gestion et de décision pour l’organisation.

42 % des Risk Managers déclarent être désormais partie prenante de la stratégie de l’organisation

La fonction de Risk Manager n’est également plus spécifique aux grands groupes puisque, 33% des répondants déclarent faire partie d’une PME ou d’une ETI.

Comment la formation des Risk Managers évolue-t-elle ?


Un deuxième élément marquant est la professionnalisation de la fonction de Risk Manager. 62% des répondants ont suivi une formation en gestion de risques et 75% ont bénéficié de formations sur des sujets connexes et complémentaires. Ces chiffres sont à rapprocher du fait que le champs d’actions des Risk Managers est de plus en plus large. Par exemple, 32% d’entre eux ont également en charge le contrôle interne de l’organisation, ce qui est logique : ce domaine regroupe les principaux éléments de maîtrise des risques.

Toutes ces tendances contribuent à mettre en valeur la fonction de Risk Manager dans l’organisation. 63% des risk managers sondés estiment que leur reconnaissance au sein de l’organisation est croissante, contre 54% en 2015. Une évolution confirmée également par un rattachement croissant de la fonction à la Direction.  Ces tendances sont assez similaires à celles que nous avons pu observer autour des professionnels de la Qualité, qui évoluent eux aussi vers plus de reconnaissance et de transversalité.

Newsletter Focus Performance

S'inscrire à la
Focusletter

Je m'inscris !

Articles de la même catégorie

Criticité des risques : quels impacts mesurer ?

Il est aujourd’hui communément admis que la formule de calcul de la criticité d’un risque est une combinaison entre son impact et sa probabilité d’occurrence. Si la fréquence de survenue d’un risque se révèle assez simple à évaluer, l’impact est beaucoup plus complexe à mesurer. Pour ce faire, plusieurs options existent, notamment quant au nombre…

Lire la suite

COSO ERM 2017 : Quelles nouveautés ?

Preuve du dynamisme de la gestion de risques au sein des organisations, les principaux référentiels qui l’influencent ont évolué. Ainsi, une nouvelle version de la norme ISO 31000 a été publiée en février 2018, précédée par une refonte du référentiel COSO ERM en septembre 2017. COSO ERM 2017 : Pourquoi une nouvelle version ? Cette nouvelle version…

Lire la suite

Risk Manager : Les échanges avec les autres fonctions de l’entreprise ?

Lorsque la phase de déploiement d’une démarche de gestion de risques s’achève et fait place à une phase d’animation, il est fondamental de s’assurer de l’implication des différentes parties prenantes pour garantir que l’approche reste vivante. Pour ce faire, il faut travailler au quotidien sur les interactions du Risk Manager avec les autres fonctions de l’entreprise. Quelle place pour le Risk…

Lire la suite
Tweetez
+1
Partagez