logo PYX4
Avatar Par : | Dernière mise à jour le 19 Mai 2020 #Qualité

La norme ISO 50001 chez un bailleur social

Le Système de Management de l’Énergie ISO 50001 est surtout connu dans le secteur industriel alors qu’il peut s’adapter à tous les domaines, y compris pour les bailleurs sociaux. On vous explique.

La certification ISO 50001, c’est quoi ?

D’après l’Organisation internationale de normalisation, l’ISO 50001 se destine aux « organismes qui s’engagent à réduire leur impact sur le climat, à préserver les ressources et à améliorer leurs résultats grâce à un management efficace de l’énergie ».

Cette norme guide les organisations vers la réduction de la consommation d’énergie par la mise en œuvre d’un système de management de l’énergie. La démarche peut être certifiée par un organisme indépendant agréé Cofrac.

La certification ISO 50001, dont la dernière révision date de l’été 2018, peut venir compléter une démarche plus globale de développement durable, et s’ajouter aux certifications ISO 9001 (qualité) et ISO 14001 (environnement).

PYX4 : article sur la norme ISO 50001 - Bailleur Social

Comment s’applique le standard ISO 50001 aux bailleurs sociaux ?

Toutes les étapes d’un système de management de l’énergie (SMÉ) sont applicables chez les bailleurs sociaux : définition d’une politique énergétique, d’objectifs et d’indicateurs de performance, mesure des résultats et de l’efficacité des actions, adaptation du dispositif dans le cadre d’un processus d’amélioration continue.

Mettre en place un système de management de l’énergie pour un bailleur social consiste donc en une réelle prise en main de l’énergie au sein de l’organisme.

 

Pourquoi adopter la norme ISO 50001 pour les bailleurs sociaux ?

Suivre les recommandations de la norme ISO 50001 déclenche de nombreux bénéfices pour les bailleurs sociaux : de réels gains énergétiques et économiques, une meilleure vision d’ensemble des enjeux énergétiques sur l’ensemble de ses activités et l’exonération de réalisation de l’audit énergétique tous les 4 ans obligatoire pour les grandes entreprises.

D’un point de vue financier, la certification est en effet très avantageuse à long terme. Certes, la certification et les audits impliquent un surcoût. Mais ces audits tri-annuels, qui peuvent être réalisés en interne par un référent technique compétent et s’appuient sur des règles d’échantillonnage plus souples, sont de fait moins onéreux que l’audit énergétique quadri-annuel et peuvent rapidement compenser ce surcoût.

En contrôlant vos dépenses énergétiques, vous limitez par ailleurs les risques financiers liés à l’augmentation du coût de l’énergie.

Enfin, l’adoption d’une démarche ISO 50001 ouvre le droit au dispositif Pro-SMEn de l’Association Technique Energie Environnement (ATEE), qui permet de subventionner, parfois en grande partie, les coûts engendrés.

 

Quelle méthodologie ISO 50001 adopter pour les bailleurs sociaux ?

Le SMÉ s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue, la certification ISO 50001 comporte trois étapes importantes :

  • L’audit (ou revue) énergétique, qui renseigne sur l’état des lieux du fonctionnement énergétique de    l’organisation.
  • La définition d’objectifs et d’un plan d’action, s’appuyant sur l’audit
  • La mise en œuvre, enfin, du système de management de l’énergie.

 

 

PYX4 - Méthodologie d’amélioration PDCA : Plan-Do-Check-Act

 

Les objectifs sont souvent annuels et visent la réduction des consommations. Les moyens et le plan d’action permettant de les atteindre concernent trois axes de travail principaux :

  • la conception : modalités de définition et de réalisation des travaux thermiques sur l’enveloppe du bâtiment et les systèmes
  • la maîtrise opérationnelle : modalités d’exploitation et d’accompagnement au fonctionnement des installations
  • les achats : achats d’équipements, de prestations, d’énergie

ISO 50001 : exemple de plan d’actions pour les bailleurs sociaux

Dans les faits, cela peut se traduire par la mise en place des actions suivantes :

1/ Amélioration de la performance énergétique

  • Suivi régulier de la consommation en énergie de l’ensemble du patrimoine immobilier.
  • Implication de l’ensemble des prestataires et intervenants extérieurs dans la qualité d’exécution de rénovation énergétique.
  • Conception des logements neufs.
  • Innovation dans les procédés, les matériaux et les systèmes constructifs.

2/ Optimisation de la performance énergétique des équipements

  • Connaissance et maîtrise du rendement et de la performance des équipements installés (chaufferie, eau chaude sanitaire, énergies renouvelables…).
  •  Implication de tous les prestataires et fournisseurs d’énergie dans la recherche de performance énergétique.
  • Utilisation de technologies nouvelles.
  • Recours aux énergies appropriées.

3/ Implication des locataires, des collaborateurs et des partenaires extérieurs

  • Formation des collaborateurs de l’entreprise acteurs de la politique énergétique.
  • Sensibilisation des collaborateurs et intégration des gardiens à la démarche.
  • Sensibilisation des locataires.

 

N’oubliez pas enfin que la certification est aussi un outil de communication qui témoigne de la bonne gestion environnementale de l’entreprise.

 

Vous l’aurez compris, la certification 50001 implique une méthodologie bien maîtrisée en plus de la rédaction de nombreux documents. Vous pouvez bien entendu être accompagné dans cette démarche. 

Partager :